To be (or not to be) ...un spectateur !

(actualisé le ) par Amandine Michels

Sortie au théâtre...

Jeudi 15 février, les élèves de la classe de 1ère S1 ont eu l’occasion d’assister à la représentation de "La Tragique et mystique histoire d’Hamlet", de William Shakespeare, à l’Opéra-théâtre de Metz.

Ayant travaillé sur l’oeuvre en cours de français au préalable, et s’étant frotté à l’analyse de quelques passages emblématiques vus par différents metteurs en scène, ils ont su apprécier le travail de Jean de Pange pour la compagnie Astrov. Choisissant d’« aborder Hamlet comme une fable dont la quête de vérité pourrait être le coeur », le metteur en scène a mis à l’honneur la dimension circulaire de la pièce, en faisant d’Horatio le « passeur » de l’histoire d’Hamlet, comme ce dernier le lui avait demandé à l’issue de la tragédie...
L’audace et l’extravagance des passages chantés, le jeu inspiré de la troupe, glissant d’un rôle à l’autre, et notamment la virtuosité du danois Thomas Landbo, à la fois comédien et musicien inventif, ont charmé les élèves.

Vendredi 16 février, rencontre avec le metteur en scène

Le lendemain du spectacle, Jean de Pange nous a fait l’honneur de venir à la rencontre des élèves de la classe, mais aussi de quelques élèves de 1ère et terminale L qui avaient assisté au spectacle, afin d’échanger autour de la pièce et d’expliquer ses choix artistiques. Ainsi, la sobriété des costumes et du décor, à dominante sombre avec quelques touches de blancs (un long tapis déroulé pour le duel, une croix improvisée pour la prière de Claudius notamment), est justifiée par le choix d’un théâtre direct et épuré, qui se traduit par un dépouillement esthétique, emblématique de la compagnie Astrov. Jean de Pange explique ainsi : « Avec le scénographe Mathias Baudry, nous poursuivons l’expérimentation d’un théâtre pauvre qui se passe d’effet scénique et répond aux problématiques de mise en scène posées par le texte avec la plus grande simplicité possible. Nous travaillons à l’élaboration d’un espace scénique neutre et épuré. La scénographie devra – paradoxalement – affirmer l’espace d’un théâtre d’oralité pure. L’objectif est de donner à voir et à entendre le corps et la voix de l’acteur. Rien d’autre. »

Cette rencontre fut l’occasion d’un échange riche et d’une belle réflexion proposée à nos élèves sur le théâtre...Merci, Jean de Pange !

Partager cette page