Goncourt des Lycéens : sélection régionale

par Pierre Vaquer

Elle s’est exercée sous la douche, à table et en vidéo. Après trois heures passées, lundi 23 novembre, à défendre, en visioconférence, les livres retenus par sa classe pour le prix Goncourt des lycéens, Clémence Nominé a décroché sa place dans le jury final.

Le 2 décembre, cette élève de Première du lycée Cormontaigne de Metz en spécialité « Humanité, littérature et philosophie » aura le privilège de désigner avec onze autres lycéens - sur cinquante-six lycées participants - l’heureux lauréat d’un prix littéraire toujours aussi convoité.

es six romanciers parvenus en final sont les suivants : Djaïli Amadou Amal (Les impatientes , éd. Emmanuelle Collas), Miguel Bonnefoy ( Héritage , éd. Rivages), Lola Lafon ( Chavirer , éd. Actes sud), Hervé Le Tellier ( L’anomalie , éd. Gallimard), Maud Simonnot (L’enfant céleste , éd. de l’Observatoire) et Camille de Toledo ( Thésée, sa vie nouvelle , éd. Verdier).

L’avocat messin, Me Bernard Petit, a apporté son aide
« Je ne peux donner aucun détail sur la manière dont les délibérations régionales se sont passées, au risque d’être disqualifiée », prévient la lycéenne, qui évoque, par contre, « des discussions matures ». « C’était intéressant de pouvoir entendre des avis différents », poursuit celle qui s’est préparée en s’appuyant sur ses notes et sur celles de ses camarades.

« La difficulté pour Clémence était de passer d’un choix subjectif, son tiercé gagnant, à un choix objectif, celui de la classe », explique Pascale D’Ogna-Ney. Engagée dans cette aventure avec son collègue de philosophie, la professeure de littérature a eu la bonne idée d’inviter dans sa classe l’avocat messin, Me Bernard Petit.

« Ses conseils concernant le regard m’ont beaucoup aidée. Grâce à lui, j’ai aussi davantage réfléchi à mes mots et je me suis posée en parlant », affirme Clémence Nominé, félicitée à l’annonce du résultat par son proviseur.

Lecture et pratiques à l’oral
« Avec la réforme du bac, on a enfin replacé l’oral à sa bonne place. Le Goncourt des lycéens met nos élèves face à la lecture, mais les aide aussi à développer leurs compétences sur des pratiques à l’orale dont ils auront besoin en Terminale », explique Arnaud Brossard, qui annonce que toute la classe participera au printemps 2021 aux rencontres organisées en présentiel à Rennes avec les auteurs du prix. Une récompense attribuée à seulement vingt classes. Les plus impliquées sur la durée.

Mots-clés

Partager cette page